Combattre le mal par… le confort !

Touchant de nombreuses personnes et différents secteurs d’activité, les troubles musculo-squelettiques (TMS) regroupent des affections survenant à la périphérie des articulations. Leur apparition est susceptible d’entraîner un arrêt de travail ou une réparation financière en cas de séquelles, ce qui peut coûter cher à une entreprise. 

Que sont les TMS ?

Les TMS regroupent de nombreuses pathologies touchant les tissus mous situés à la périphérie des articulations : nerfs, muscles, ligaments, tendons, bourses séreuses… Ils sont généralement localisés au niveau des membres supérieurs (poignet, coude et épaule) et du dos. Les TMS incluent entre autres les tendinites, les lombalgies, le syndrome du canal carpien ou les cervicalgies. Une grande partie de ces pathologies sont considérées comme des maladies professionnelles par le code de la Sécurité Sociale.

Quels sont les facteurs de risques ?

Résultant d’un déséquilibre entre les capacités physiques du corps et les sollicitations ainsi que les contraintes auxquelles il est exposé, les TMS peuvent être favorisés par différents facteurs.

Outre les caractéristiques individuelles des salariés (état de santé, âge, sexe…), d’autres éléments sont à prendre en compte :

  • Les facteurs biomécaniques : efforts excessifs, travail statique, gestes répétitifs, postures articulaires extrêmes…
  • Les facteurs organisationnels : rythme de travail, horaires, délai de réalisation trop court…
  • Les facteurs psychosociaux : travail monotone, manque de reconnaissance, absence de soutien des supérieurs hiérarchiques…

Quelles sont les conséquences des TMS au niveau des activités de l’entreprise ?

Les troubles musculo-squelettiques sont susceptibles d’avoir des incidences directes sur les performances et peuvent coûter cher à une entreprise. Parmi les conséquences majeures, on retrouve :

  • La baisse des capacités fonctionnelles (occasionnant une diminution de la productivité, de la qualité de travail, un retard dans les délais de réalisation…)
  • L’augmentation du taux d’absentéisme
  • La nécessité de faire appel à un personnel de remplacement (coûteux en termes de temps et d’argent)
  • L’indemnisation des incapacités reconnues
  • L’augmentation du temps alloué au traitement de ces dossiers…

Comment prévenir les TMS ?

Afin de réduire les risques de troubles musculo-squelettiques, il est essentiel de mettre en place des solutions de prévention. Ces dernières permettront également d’améliorer la qualité de vie au travail des employés et celle des produits d’une entreprise. La démarche de prévention repose sur un dépistage des situations de travail à risque et la réalisation d’une intervention ergonomique.

Pour assurer la réussite de cette démarche de prévention, les entreprises peuvent faire appel à un expert comme le Responsable Environnement de Travail. Ce professionnel effectuera une investigation afin de connaître les risques, établira une analyse des situations (identification des secteurs et des postes à risque) et identifiera les facteurs de risque. Suivant les résultats, il mettra en place des solutions (par exemple, l’aménagement de postes de travail ergonomiques, la réorganisation du travail…) destinées à transformer durablement les conditions de travail des salariés.

Les entreprises peuvent aussi bénéficier de l’aide TMS Pros pour entreprendre des solutions de prévention efficaces des TMS. Ce programme se base sur la mise à disposition d’outils et d’actions spécifiques à la situation de chaque entreprise. Pour que la démarche de prévention soit réussie, trois conditions doivent être respectées, à savoir l’engagement et la volonté de changement de l’entreprise, la définition d’objectifs clairs et ambitieux ainsi que la mobilisation de tous les salariés et des compétences adéquates.

A noter qu’il existe deux types d’aides TMS Pros :

  • L’aide TMS Pros Diagnostic
  • L’aide TMS Pros Action

Pour bénéficier de cette assistance, les entreprises doivent s’adresser au service prévention de leur Caisse régionale et effectuer la demande avant le 15 juillet 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *