Le management au cœur de la semaine pour la qualité de vie au travail 2017

La semaine pour la qualité de vie au travail se déroulera du lundi 9 au vendredi 13 octobre 2017. Le thème de cette 14e édition organisée par Anact-Aract concerne l’apprentissage d’un management de qualité.

D’après la dernière enquête menée par Eurofound sur les conditions de travail, la France se place en dernière position sur tous les indicateurs définissant la qualité du management. La culture managériale française étant encore empreinte d’une conception hiérarchique et descendante, il convient de se pencher sur les manières d’apprendre à bien manager.

Le rôle du manager en matière de qualité de vie au travail (QVT)

Demeurant le levier le plus efficace pour avancer en termes d’amélioration des conditions de travail, la QVT est un facteur clé de la performance des organisations. Connaître les besoins des organisations concernant le rôle du dirigeant, du manager ainsi que de l’ingénieur en termes de QVT est nécessaire avant de faire évoluer le cursus de formation. Afin d’obtenir ces informations, l’Anact a interrogé 246 protagonistes des univers de l’entreprise, de la formation et de l’enseignement supérieur. Les enseignements de ce travail d’enquête seront présentés lors du colloque d’ouverture du 9 octobre 2017.

L’instauration d’une nouvelle culture managériale

À l’occasion de cette semaine pour la QVT, un livre blanc contenant des recommandations ainsi que des bonnes pratiques sera publié. Cette année, le colloque d’ouverture sera présenté sous forme d’ateliers collaboratifs.

La qualité de vie de travail de chaque membre d’une entreprise passera par cette nouvelle culture managériale. En effet, elle vise à améliorer les performances globales des entreprises et des organisations.

Définition de la qualité de vie au travail

Plusieurs points définissent la qualité de vie au travail :

  • La qualité des relations sociales et de travail à travers la reconnaissance, l’écoute, le respect, l’information, la participation aux décisions ainsi que le dialogue social.
  • La qualité du contenu du travail à savoir la variété des tâches, l’autonomie et le degré de responsabilité.
  • La qualité de l’environnement physique reflétée par la sécurité et l’ambiance.
  • La qualité de l’organisation du travail définie par la réduction de la pénibilité, les démarches de progrès, l’anticipation de la charge de travail, la capacité d’appui de l’organisation dans la résolution des dysfonctionnements, etc.
  • Les possibilités de développement professionnel et de réalisation (formation, développement de compétences, acquisition d’expérience).
  • La conciliation entre vie professionnelle et vie privée grâce à l’accès à différents services ou à la flexibilité des horaires et du rythme de travail.

La qualité de vie au travail pour le bien-être de tous

En raison des nouvelles exigences du travail, il s’avère de plus en plus difficile de construire la qualité de vie au travail. Les clés pour réussir résident dans le dialogue social et la concertation. En outre, améliorer les conditions de travail contribue à l’accroissement de la compétitivité, un accord gagnant-gagnant pour chaque membre de l’entreprise.

Les salariés ainsi que leurs représentants deviennent les acteurs des solutions aux côtés des experts, de l’encadrement et de la direction. Il s’agit en outre de favoriser l’innovation participative, mais aussi de prioriser l’évolution du management et de l’organisation du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *