Cocorico! On privilégie le made in France

Mobilier, fournitures de bureau, bureautique…, divers produit peuvent être achetés directement en France. Découvrez ces quelques fournisseurs parmi tant d’autres ayant fait le choix de poursuivre leur production en France avec à la clé des produits de qualité, mais abordables. 

D’après une étude menée par le cabinet AgileBuyer et l’association des anciens élèves de HEC il y a quelques années, seules 19% des sociétés se fixent comme objectif d’acheter des produits made in France. En revanche, les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux produits proposés par l’industrie locale et n’hésitent pas à payer plus cher. En raison de la conjoncture économique, 73% des sociétés estiment que la réduction des coûts constitue une priorité. De ce fait, en période de crise, elles préfèrent faire la chasse au prix le moins cher, notamment pour les achats courants non stratégiques comme le mobilier, les fournitures et la bureautique.

Zoom sur le prix du made in France

Avec l’arrivée massive de produits lowcost provenant de l’étranger, avec une qualité et une longévité pas toujours satisfaisantes, les produits français ont du mal à trouver leur place sur le marché du B to B. En effet, le made in France subit toujours des critiques (prix plus élevés, manque de visibilité des entreprises, offre professionnelle moins importante…). Selon Didier Arnaud Borea, directeur général d’Eurosit, concepteur et fabricant de sièges de bureau, les tarifs des entreprises européennes sont en moyenne 10% plus élevés que ceux des pays asiatiques. Il précise toutefois que cet écart de prix diminuant année après année disparaitra d’ici peu. Sandrine Derouet, chargée de la communication et du marketing chez Evolis, fabricant de systèmes d’impression de cartes et badges, souligne qu’outre le prix, la compétition se base essentiellement sur la qualité et la personnalisation des produits proposés, un atout pour les produits made in France.

Donner un nouveau souffle à l’économie locale

De nombreuses entreprises exerçant notamment dans le milieu de la papeterie, de la bureautique ou du mobilier de bureau contribuent à raviver l’économie locale. Grâce à la papeterie vosgienne Exacompta Clairefontaine, les sept usines de Bic réparties sur l’ensemble du territoire ou le groupe Hamelin (Canson, Oxford…), les consommateurs peuvent acheter français. D’autres acteurs participent au développement de la papeterie 100% made in France comme la PME Pocheco employant 118 salariés et produisant plus de 2 milliards d’enveloppes de gestion et de pochettes chaque année, ou la TPE vendéenne JK l’Esprit papier. Le secteur du mobilier de bureau compte aussi de nombreuses références, notamment les meubles Majencia, les poubelles Rossignol et bien d‘autres encore.

Les exceptions françaises en termes de bureautique

Contrairement aux secteurs de la papeterie et des fournitures de mobilier de bureau, le marché de la bureautique, de l’électronique et de l’informatique est encore largement dominé par des firmes étrangères. En effet, trouver une société fabriquant, même en partie, des ordinateurs, tablettes et autres produits informatiques en France relève du parcours du combattant. Toutefois, la société angevine Evolis constitue une exception. Cette entreprise se spécialise dans la conception et la vente d’imprimantes de cartes d’identification, de badges d’accès et de cartes de visite. Sandrine Drouet précise que l’argument made in France rassure et constitue un moyen pour rassurer les clients. La TPE Orée incarne une autre exception. Créée fin 2012, cette petite structure exerce dans le milieu de l’électronique et produit dans son atelier du Languedoc-Roussillon des claviers sans fil éco-conçus en bois massif pour ordinateurs, tablettes et smartphones. Julien Salanave, cofondateur de l’entreprise, affirme que les clients sont davantage séduits par la valorisation du savoir-faire français à travers la création d’emplois à l’échelle locale que le fait qu’ils produisent en France.