Les mauvaises habitudes alimentaires au bureau

La diététicienne nutritionniste Ariane Grumbach, auteure de « La gourmandise ne fait pas grossir », explique les pièges alimentaires à éviter au bureau et les bons réflexes à adopter. Topo.

Manger sans avoir faim

Bien que grignoter ne soit pas bon, l’on ne peut pas toujours s’en empêcher. Le grignotage peut avoir de multiples raisons : pour s’occuper lorsque l’on s’ennuie, pour se donner du courage, pour faire une pause, etc. Apporter du réconfort compte parmi les rôles de la nourriture, mais si manger devient un comportement systématique, prenez les choses en main.

Le bon réflexe : apprenez à reconnaître et à accueillir vos émotions en vous recentrant sur ce que vous ressentez.

Ne pas prendre son temps pour déjeuner

Un nombre croissant de salariés mangent de plus en plus vite ou en faisant autre chose. Afin de ne pas se nourrir machinalement, sans y prêter attention et sans aucun plaisir gustatif, il faut consacrer au moins vingt minutes à son repas. En outre, manger vite empêche de ressentir le moment où l’on est rassasié.

Le bon réflexe : prenez le déjeuner comme une occasion de vous détendre en goûtant au plaisir de la lenteur.

Faire des excès au restaurant

Lorsque l’on se restreint la plupart du temps, l’on a tendance à se lâcher au restaurant. Même si les proportions sont trop importantes, l’on mange tout ce qui est servi et l’on opte pour les formules les plus copieuses.

Le bon réflexe : écoutez votre faim et vos envies, puis tentez de vous réguler si vous avez trop mangé.