Archives de catégorie : Responsable environnement de travail

Sédentarité : 5 conseils pour ne pas s’user au travail

Tendinopathie, épicondylite, hygroma… ces doux barbarismes ne sont pas les ingrédients secrets de l’environnement de travail idéal, bien au contraire : c’est l’inventaire à la Prévert des TMS ou Troubles musculo-squelettiques, les maux qui attendent le salarié mal installé à son poste. Pour les éviter, pas de secret : sur l’ergonomie du poste de travail il faut mettre le paquet ! 

Ils se localisent dans les “tissus mous” aux alentours des articulations, au niveau des épaules, des lombaires ou des poignets. Sournois, les TMS ne préviennent pas : après des heures assis dans la même position, vous ressentirez au pire un engourdissement qui ne s’aggravera qu’avec les années. Plus généralement, selon l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), le fait de rester assis plus de trois heures par jour est déjà responsable de 3,8 % des décès, ce qui en fait la première source de mortalité devant le tabagisme. Pèle-mèle, la “sédentarité” cause une atrophie musculaire et augmente les risques (cardiovasculaires, diabète) en affaiblissant le coeur et la circulation sanguine. Elle diminue l’oxygénation du cerveau et induit une baisse de l’activité neuronale et hormonale (ce qui cause du stress et de l’anxiété). A partir de 8 heures d’inactivité le risque de mortalité augmente de 8% par heure et au-delà de 10 heures il grimpe à 34% ! 

Prévenir plutôt que guérir 

Pour lutter contre ce mal du travailleur moderne, l’activité sportive s’impose bien sûr mais elle n’est pas suffisante, car pour compenser l’inactivité il faudrait faire jusqu’à deux heures de sport par jour ! Le salut réside donc en un mot : prévention. Les médecins conseillent de se lever et de bouger pendant quelques minutes, toutes les heures. Chaque fois que possible, on préfère l’escalier à l’ascenseur et surtout, on privilégie un mobilier de bureau ergonomique pour travailler. Le fauteuil doit offrir une assise confortable, un dossier soutenant les lombaires, des accoudoirs inclinables et une hauteur adaptable. Le bureau doit arriver au niveau des coudes et comporter un espace libre pour les jambes qui permette au collaborateur de modifier sa posture à volonté. 

Ces réflexes simples permettent de limiter les risques pour les salariés et aussi pour l’entreprise – les TMS étant aujourd’hui reconnues comme des maladies professionnelles par la Sécurité sociale. Pour aller plus loin, des professionnels sont là pour vous aider : le responsable environnement de travail peut réaliser un audit de vos bureaux et le conseiller produit, vous guider dans le choix du matériel le plus adapté. C’est enfin l’occasion d’innover: à l’heure où les Millenials rêvent d’espaces de travail flexibles et modulables, on peut ainsi leur offrir des postes permettant une variété de positions, comme les ”bureaux debout” et les sièges inclinables avec une extension pour allonger les jambes et profiter des bienfaits de la sieste au bureau. Ou comment convertir les risques santé en opportunité d’une meilleure qualité de vie au travail ! 

Bureaux debout, cabines à sieste… Quels espaces de travail pour demain ?

A peine 38 % des salariés européens considèrent que leur environnement leur permet de travailler très efficacement. Et nombre d’entreprises semblent encore penser qu’il suffit de mettre à disposition des salariés un canapé et un baby-foot pour qu’ils soient heureux au travail… heureusement, un nombre croissant d’employeurs a pris conscience de l’importance du cadre de travail pour stimuler la créativité et la performance, lutter contre l’absentéisme ou faciliter le recrutement. Voici les innovations de quelques-uns d’entre eux.  

Une réunion client dans un cockpit d’avion, des entretiens annuels autour d’un mini-golf… les 1200 employés de Google à Seattle le savent : lorsque votre entreprise a les moyens d’investir dans des décors d’exception pour ses immenses locaux, le travail en devient plus ludique – mais pas seulement. Pouvoir varier les espaces et changer d’air tout au long de la journée, ou simplement choisir un niveau d’intimité, d’ambiance ou une luminosité adaptée à chaque situation de travail rend aussi diablement efficace !  

Bien entendu, toutes les entreprises ne s’appellent pas Google. Mais en matière de qualité et de confort de l’espace de travail, il y a de l’innovation dans tous les secteurs et pour toutes les bourses. On peut innover du côté du design, à l’image d’AirBnB et ses salles de réunion en forme de petites maisons qui rappellent les valeurs d’hébergement de l’entreprise. Mais l’aménagement de l’espace de travail est aussi l’occasion d’implémenter de nouveaux usages en accord avec des façons de travailler plus nomades, plus étendues dans le temps ; plus mélangées avec les différentes activités de la vie de chacun aussi.  

En fonction de l’ADN de chaque société, différentes activités peuvent s’introduire au bureau. Certaines ont par exemple testé la cabine à sieste, comme Renault, Apple France, Adidas ou Orange. Et que penser de la mode des bureaux debout pour lutter contre la sédentarité, ou même de ces sportifs qui font la promotion du travail en marchant – par exemple sur des tapis roulant ?  

Pour l’entreprise désireuse de travailler son identité, son image et le bonheur de ses collaborateurs d’un même élan à travers le (ré)aménagement de ses bureaux, les choix sont multiples et les prestataires ne manquent pas pour l’accompagner dans l’aventure. Pour être réussie, la démarche doit idéalement être collaborative : plus que jamais, les bureaux sont le reflet des besoins singuliers des collaborateurs et ils se sentiront d’autant plus efficaces et impliqués dans l’entreprise s’ils sont associés à leur conception !  

Recyclage des déchets en entreprise : peut mieux faire !

Le saviez-vous ? Un salarié produit en moyenne… 130 kg de déchets par an ! Et sachant que l’utilisation de papier recyclé – par exemple – permet de réduire de 40% l’émission de CO2, on mesure facilement l’importance des gestes de tri dans l’entreprise ! Sauf que celles-ci ont encore des progrès à faire.

C’est une étude de la société Riposte Verte qui dresse ce constat mitigé. Pour reprendre l’exemple du papier, à peine plus d’une entreprise sur trois (35%) le recycle, et seulement une sur dix achète du papier recyclé (12%). En cause notamment, une méconnaissance de la réglementation : moins d’une entreprise sur deux (44%) déclare être calée sur le sujet.

Pourtant, les salariés sont demandeurs de plus d’efforts en matière d’écologie : 96% d’entre eux se disent prêts à changer leurs procédures de travail pour améliorer le système de tri ! Alors, comment faire ? Pour 80% des personnes interrogées, la solution serait de sensibiliser les collaborateurs aux gestes de tri via un plan de communication interne. Et pour l’entreprise désireuse de s’améliorer, il s’agit surtout de s’entourer de prestataires qualifiés qui gèreront tous les aspects de cette démarche d’éco-responsabilité !


Extrait de l’article publié sur : servicesproprete.fr

Lire l’article « Comment les entreprises gèrent leurs déchets de bureau »

Pollution de l’espace de travail : que faire ?

L’air trop sec et le bruit : ce sont les deux sources d’inconfort au travail le plus souvent citées par les professionnels. Des pollutions dont on parle peu , alors même qu’elles impactent fortement le bien-être et la productivité en entreprise. Petit état des lieux de nos maux du bureau, et des gestes qui font la différence.

Le saviez-vous ? L’air intérieur est entre 5 et 7 fois plus pollué que l’air extérieur. Préoccupant quand on sait que les Français passent près de 90% de leur temps dans des environnements clos ! Les composés organiques volatils ou COV, ces particules émanant des produits ménagers, des revêtements des sols, des meubles et des moisissures causeraient près de 20.000 décès par an et 19 milliards d’euros de coûts pour la société entre la prise en charge des soins (asthme, migraines, irritations des yeux ou de la peau…), les décès prématurés (intoxications, cancers…), les pertes de production et les coûts de la prévention et de la recherche.

Avec 8 heures par jour en moyenne, le bureau est notre second lieu de vie – tout juste après le domicile. Alors, comment agir pour assainir l’air en entreprise ?

  1. L’humidité de l’air

En particulier l’hiver à cause du chauffage, un air trop sec provoque des démangeaisons, des asthmes et facilite la transmission des agents pathogènes (virus). Pour réduire ce problème on peut avoir recours à une climatisation spéciale ou à des humidificateurs d’air. L’installation de plantes est aussi une bonne idée : esthétiques, elles absorbent aussi le bruit et contribuent à purifier l’air.

  1. Les particules polluantes

Benzène, naphtalène, formaldéhyde, trichloroéthylène… si la lecture de ces doux composés chimiques vous donne déjà la migraine, pas de panique : quelques bonnes pratiques peuvent aider à limiter les sources polluantes.

  •  Les imprimantes et photocopieurs sont une source non négligeable de COV. Ils sont à placer dans des espaces correctement ventilés, loin des postes de travail.
  •  Le choix de produits d’entretien biologiques et sans parfum permet de limiter les concentrations en aldéhydes (irritants des voies respiratoires).
  •  Le code du travail impose des normes d’aération des espaces de travail. Si les systèmes de ventilation de votre entreprise sont suffisants, ils doivent aussi être entretenus une fois tous les trois ans.
  •  Une bonne aération mécanique s’impose au quotidien : ouvrez les fenêtres au moins 10 minutes par jour.
  • Pour évaluer la qualité de l’air dans votre entreprise, vous pouvez demander à votre employeur de réaliser un diagnostic. L’ADEME propose même un système d’auto-diagnostic que des spécialistes pourront compléter ou renforcer, en vous proposant des solutions d’optimisation des équipements et de contrôle des sources polluantes. Avec tout ça, plus d’excuse pour laisser trainer cette vilaine toux au bureau !

Adieu tristesse : astuces pour décorer votre bureau

Pour faire de votre bureau un endroit agréable et fonctionnel, ne négligez surtout pas sa décoration. Finis les espaces de travail tristes et impersonnels, place aux jolies couleurs et aux idées originales. Voici quelques astuces pour que vos murs inspirent la joie et la bonne humeur. Continuer la lecture de Adieu tristesse : astuces pour décorer votre bureau

La prévention sécurité pour les TPE : mode d’emploi

Comme tous les types d’entreprises, les très petites entreprises (TPE) sont soumises à des obligations légales. Parmi celles-ci figurent la prévention sécurité englobant la protection de la santé physique et mentale des salariés, l’évaluation des risques professionnels ainsi que l’information des salariés sur ces risques et le respect de règles régissant les locaux de travail. Comment mettre en place la prévention sécurité dans les entreprises de type TPE ?

Évaluer les risques en entreprise

Pour mettre en place la meilleure prévention sécurité possible dans les TPE, il est indispensable d’identifier tous les dangers auxquels les employés peuvent être exposés durant l’exercice de leur fonction : addiction, chute, incendie, explosion, problèmes électriques, risques psychosociaux, etc. Tous ces risques doivent être englobés dans les actions de prévention sécurité en entreprise qui ne se limitent donc pas qu’à la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Prendre des mesures de prévention adaptées

Tout employeur est tenu de prendre un certain nombre de mesures pour assurer la santé mentale et physique de ses salariés :

  • Actions pour la prévention des risques professionnels ;
  • Information et formation des salariés sur la santé et la sécurité au travail ;
  • Organisation et moyens de travail adaptés.

En cas de changement dans l’entreprise, il est de mise d’adapter et d’améliorer les mesures de protection de la sécurité et de la santé au travail.

Mettre en place des règles de sécurité élémentaires

L’aménagement de locaux sains et sûrs est imposé par le cadre légal régissant la santé et la sécurité au travail. Par conséquent, les installations techniques et de sécurité des TPE doivent être régulièrement vérifiées. L’éclairage, l’aération, le chauffage, la protection contre le bruit, la prévention incendie, la restauration ou encore les installations sanitaires sont tous soumis à des normes spécifiques.

La mise en place d’une bonne prévention sécurité en entreprise dans les TPE est essentielle pour assurer le bien-être des salariés et la pérennité de l’organisation. Si les employeurs ne respectent pas les règles, ils doivent engager leur responsabilité civile en cas d’accident et sont passibles de sanctions pénales. N’hésitez pas à émettre vos avis dans un commentaire ou à partager notre article sur les réseaux sociaux.

Les mauvaises habitudes alimentaires au bureau

La diététicienne nutritionniste Ariane Grumbach, auteure de « La gourmandise ne fait pas grossir », explique les pièges alimentaires à éviter au bureau et les bons réflexes à adopter. Topo. Continuer la lecture de Les mauvaises habitudes alimentaires au bureau

Comment un Américain perd son temps au travail

Les études révèlent que les Américains coûtent à leurs sociétés 15 millions de dollars de perte de productivité au total. Le point dans cet article. Continuer la lecture de Comment un Américain perd son temps au travail

Les astuces pour réduire le bruit dans un open space

Le concept d’open space est lancé en 1960 pour atteindre un pic d’utilisation dans les années 80. Les sociétés n’hésitent pas alors à entasser de nombreux employés dans un espace peu attrayant et restreint afin de réduire les coûts. Continuer la lecture de Les astuces pour réduire le bruit dans un open space

Comment choisir un extincteur en entreprise ?

Chaque activité professionnelle a ses propres besoins et ses risques. C’est la raison pour laquelle il existe différents types d’extincteur. Ce matériel n’est efficace que s’il est adapté au feu à combattre. Pour bien choisir l’extincteur en entreprise, voici quelques points à connaître. Continuer la lecture de Comment choisir un extincteur en entreprise ?